de Chasse à Bru

Le blog de la pièce en cliquant ICI


Chasse à Bru

Une pièce d’Eric Beauvillain


ACTE 1
Arrivées

~ 1 ~

La scène représente un salon, une porte vitrée au fond donnant dans le jardin ( sinon, ce sera une simple porte, mais j’aime bien l’ouverture de la verdure, mais bon, si c’est pas possible, c’est pas possible, je suis pas architecte… ). Une porte donne sur la rue et une autre conduit au reste de la maison. On entend Christiane crier « Jean-Bat’ ! » plusieurs fois avant de la voir entrer. Christiane entre avec le stress que l’on éprouve avant les moments importants. Elle visualise le salon, redresse un napperon, une chaise, un cadre, ce qui ne lui convient pas.


Christiane : Jean-Bat’ ! ( léger temps avant que Jean-Baptiste n’entre ) Ah ! Quand même… Ça fait dix fois que je t’appelle !

Jean-Baptiste : Non, tu as appelé Jean-Bat’. Si tu avais appelé Jean-Baptiste, m’man, je serais peut-être venu plus vite. C’est comme ça que je m’appelle, tu te souviens ?

Christiane : Oui, bon... Tu n’es pas habillé !

Jean-Baptiste ( se regardant ) : Ben… Si… J’ai des habits, là…

Christiane : Mais le costume ? Je t’ai demandé de mettre un costume !

Jean-Baptiste : Et moi, je t’ai demandé pourquoi ; pas de réponse, pas de costume…

Christiane : Oui, bon… Ah ! Jean-Bat’, Jean-Bat’, Jean-Bat’ …

Jean-Baptiste : Jean-Baptiste, m’man… Jean-Bat’, c’est nul, ça fait Jean-Bat’ et des meilleures, J’en ai rien à Bat’, Jean-Bat’ oui, mais des Bantzani…

Christiane : Oui, bon, ça suffit. Jean-Baptiste… Tu te souviens, il y a quelques années… Je t’ai parlé de… Des… Je t’ai appris comment… Que…

Jean-Baptiste : Tu pourrais finir tes phrases, s’il te plaît ?

Christiane : Enfin, que les enfants, ce n’est pas la cigogne, quoi.

Jean-Baptiste : M’man… J’ai fait un bac option biologie, je sais comment naissent les enfants…

Christiane : C’est vrai que tu es déjà grand… Mais pour moi, tu seras toujours mon bébé.

Jean-Baptiste : M’maaaaaaaan…

Christiane : Hein, mon roincoincoin ?

Jean-Baptiste : M’man, arrête !

Christiane : Le roudoudou chéri jésus à sa petite mamanounette ?

Jean-Baptiste : Arrête, je déteste quand tu fais ça ! On dirait que tu es sénile…

Christiane : Eh ! Ben, mon petit canard rose en sucre d’orge… Tu aimais bien que je t’appelle comme ça quand tu étais petit…

Jean-Baptiste : Oui, mais là, je vais avoir trente ans, ça commence à bien faire…

Christiane : Mon chérubin, mon bougnougnou, mon riquiqui ! Il ne veut pas faire gouzi-gouzi à sa mamanounete ?

Jean-Baptiste : Nan, y veut pas ! Et le costume, alors, c’est pour quoi ?

Christiane : Ah ! Le costume… Eh ! Bien, tu as beau faire ton grand garçon qui a tout compris, je risque d’être centenaire avant d’être grand-mère, moi…

Jean-Baptiste : M’maaaaaaaan.

Christiane : C’est vrai : tu ne sors jamais, tu restes là, tu n’as pas de petite amie…

Jean-Baptiste : Et alors ?

Christiane : Alors, il est temps que tu t’y mettes. J’ai passé une annonce dans le journal pour me trouver une bru, elles vont arriver, va t’habiller proprement !

Jean-Baptiste : Une quoi !?

Christiane : Tu es peut-être doué en bio, mais le français laisse à désirer..Une bru, une belle-fille, une épouse pour toi, quoi…

Jean-Baptiste : Maman ! T’as pas fait ça ???

Christiane : Oui, bon, si, j’ai fait ça. Puisque tu ne veux pas te trouver une femme, je t’en trouverai une. Dépêche-toi, elles ne vont plus tarder.


~ 2 ~

( Géraldine entre )


Christiane : Ah ! Te voilà, toi ! Ne crois pas que tu vas passer ta journée à ne rien faire, j’ai besoin de toi, moi ! Aide ton frère à s’habiller pendant que je vais voir si les boissons sont bien fraîches.

Géraldine : Mais…

Christiane : Et après, tu viendras m’aider à tout installer dehors.

Géraldine : Mais…


( Christiane sort )


Géraldine : Mais… Alors t’es content de toi ?

Jean-Baptiste : De quoi ?

Géraldine : C’est le grand jour pour toi…

Jean-Baptiste : Ah ! Parce que tu étais au courant ?

Géraldine : Evidemment, ça fait deux mois qu’elle ne parle que de ça !

Jean-Baptiste : Ah ! Bon ?

Géraldine : Ecoute. Il est hors de question que tu quittes cette maison avant moi, d’accord ? Depuis la mort de papa, maman a décidé que tu serais l’homme à la maison, ce qui veut dire vautré devant la télé avec une bière, mettre les pieds sous la table, ne pas faire le ménage, et tout, et tout…

Jean-Baptiste : Mais c’est elle qui ne veut pas, j’ai rien demandé, moi !

Géraldine : Oui, ben j’ai rien demandé non plus, moi et pourtant, je me tape ménage, cuisine, repassage, nettoyage…

Jean-Baptiste : Des fois, je t’aide, non ?

Géraldine : Justement. Quand je te demande, tu m’aides et maman n’ose pas t’en empêcher, sinon, je ferais tout toute seule... Mieux ! Des fois, quand je fais une connerie, maman passe l’éponge parce que je dis que c’est la faute à roudoudoucoincoin.

Jean-Baptiste : Oh ! Ça va, hein…

Géraldine : Si tu t’en vas avant moi, ce sera encore pire, tout va me retomber dessus. Alors je te préviens : il est hors de question que tu te trouves une femme aujourd’hui !

Jean-Baptiste : Mais je n’en ai pas l’intention, c’est encore une idée de maman, ça…

Géraldine : Tu n’as pas l’intention de trouver une femme ?

Jean-Baptiste : Non.

Géraldine : C’est vrai ?

Jean-Baptiste : Oui.

Géraldine : Vrai de chez vrai ?

Jean-Baptiste : Plus vrai, ça existe pas…

Géraldine : Si tu mens…

Jean-Baptiste : … tu m’arraches les dents, pas de problème.

Géraldine : D’accord… Alors on va faire un festival, tu vas voir, elles vont toutes repartir en courant…

~ 3 ~

Christiane entre.



Comme ce n'est pas agréable de lire des kilomètres de pages sur internet, vous pouvez télécharger le début de la pièce en cliquant ICI ou me demander le texte avec le formulaire de contact (en précisant le titre de la pièce, est-ce utile de le notifier ?)