de Mine de Rien

Le blog de la pièce en cliquant ICI

ACTE I



Rien. Un tabouret. Quelque part, un vieux journal. Par terre, une écuelle.


1.


Delphine entre, suivie de Christophe, un sac de voyage à la main qu’il posera où il veut.


Delphine : Ah ! Non ! Non, ce n’est pas possible ! Comment as-tu pu me faire venir ici ?!

Christophe : Quoi ? On n’est pas bien ?

Delphine : Non ! En Martinique, on est bien. Sur les plages de la Costa del Sol, on est bien. Mais à Frampignolle les Barrichon, non ! Non, on n’est pas bien ! Dis-moi. Avoue. Qu’est-ce que tu as fait pour te retrouver ici ?

Christophe : Mais rien, je te l’ai dit…

Delphine : Une entreprise internationale qui vient s’installer à… Non, je ne peux même plus le dire. Tu as volé dans la caisse, c’est ça ? Tu leur as fait perdre des millions ? Ils t’ont puni !

Christophe : Arrête de t’énerver… Profite…

Delphine : Profite ? Mais profite de quoi ? Des cailloux qui traînent sur le chemin ? Haaaaan ! Le beau caillou ! En deux secondes, on en a fait le tour ! Je ne vais pas m’exclamer devant tous les cailloux que je rencontre, tout de même !

Christophe : Regarde le paysage… C’est beau, non ?

Delphine : Je n’aurai jamais aussi bien vu l’horizon ! Partout, de l’horizon ! C’est bien simple : il y a tellement rien par ici qu’il n’y a que de l’horizon ! On est au centre et tout le reste, c’est de l’horizon !

Christophe : Calme-toi… La campagne, c’est la tranquillité…

Delphine : Ça ! On est arrivé depuis deux minutes et j’ai déjà l’impression que le temps s’est arrêté. Même lui, il ne supporte pas d’avancer à Frampignolle les Barrichon !

Christophe : Détends-toi…

Delphine : Ah ! Oui ? Et comment ?


Christophe va feuilleter le journal, Delphine le regardera atterrée.


Christophe : Lis le journal local… Voyons voir… Fête de la vache ! C’est très bien, la fête de la vache… Et là ! Une sortie pédestre ! Ah ! Ils ont fait un bingo, la semaine dernière…

Delphine : Lis-moi vite ça : je tremble de curiosité !

Christophe : Ne le prends pas comme ça, c’est parfait ! C’en est même hilarant !

Delphine : Hilarant…

Christophe : Tiens ! Rubrique nécrologique.

Delphine : Rubrique nécrologique ! On va rigoler, avec ça !

Christophe : « Nous avons le plaisir de vous faire part du décès de madame Cochard… »

Delphine : Eh ! Ben, il ne devait pas l’apprécier, celle-là…

Christophe : « Ni fleurs, ni plaques, ni couronnes, ni photos. »

Delphine : Au moins, elle ne coûtera pas grand-chose…

Christophe : « Pas de cérémonie ». Pas de cérémonie ? Qu’est-ce qu’ils peuvent bien en faire ? Ils ne vont pas l’empailler, tout de même…

Delphine : Ils vont la bouffer !

Christophe : N’exagère pas…

Delphine : Mais je n’exagère pas ! Je n’ai pas l’impression de m’être déplacée dans le pays, j’ai l’impression d’avoir voyagé dans le temps ! On est au Moyen-âge, ici ! Ils vont la désosser et la mettre dans du sel pour l’hiver, oui !

Christophe : Allez, ne t’inquiète pas, je te promets que ça va vite passer…


2.


Alphonse entre.


Alphonse : B’jour.

Delphine : Aaaaah ! Christophe ! Un autochtone ! Fais quelque chose !

Alphonse : Eum’ suis dit, « Tiens, eun’ voiture ! ». Arrêtions-nous, pour voir euss que qu’ssion… (« ce que c’est ») .

Delphine : Il a un air bovin ! Fais quelque chose, il est peut-être dangereux !

Christophe : Mais non ! Bonjour, mon ami. Entrez. Je vous aurais bien proposé quelque chose à brouter… A manger ! Pour vous accueillir, mais vous voyez : on vient tout juste d’arriver.

Alphonse : Ah ! Ben oui… Vous serions point les nouveaux, par hasard ?

Christophe : Si, si. C’est nous.

Alphonse : Ah ! Ben c’est c’que j’m’étions dit. Puisqu’y avions point d’voiture avant et qu’maint’nant, y’en avions une, eum’ suis dit : « Tiens ! Des nouveaux ! ».

Delphine : Et un esprit de déduction, avec ça…

Alphonse : Eh ! Ben, j’étions ben content, tiens ! Avec la mère Cochard qu’étions décidée, là… C’est qu’on n’étions plus que sept dans l’village…

Christophe : Décédée. Elle est décédée, pas décidée…

Alphonse : C’est ça ! Eul’ s’étions décidée à décéder !

Delphine : Vous n’êtes que sept dans le village ?!

Alphonse : Ben non…

Delphine : J’ai eu peur.

Alphonse : Avec vous, ça fait neuf ! C’est que ch’savions compter !

Delphine : Félicitations ! Depuis longtemps ?

Christophe : Arrête !

Delphine : C’est plus fort que moi.

Christophe : Nous sommes très heureux de vous rencontrer ! Je vous proposerais bien de vous asseoir mais…

Alphonse : Ah ! Ben c’étions point d’refus !


Alphonse s’assoit sur le tabouret. Christophe et Delphine ne savent pas où s’asseoir. Après un court temps :


Delphine : Il ne se gêne pas, lui ! Christophe ! Fais quelque chose !

Christophe : Oui… Je vous proposerais bien quelque chose à boire mais on vient d’arriver. Je n’ai que l’eau du robinet…

Alphonse : Ah ! Ben d’accord.

Delphine : On n’a pas de verre. Merci d’être passé.

Alphonse : Ah ! Ben la gamelle, là, ce serions très bien.


Christophe et Delphine regarde l’écuelle. Echange de regards. Finalement, Delphine va chercher de l’eau avec.


Alphonse : Z’étions bien, ici, hein…

Christophe : Oui, oui… On vient d’arriver, mais on est très content. Surtout ma femme.


Delphine entre et lance un regard noir à Christophe. Elle donne l’écuelle à Alphonse qui boit bruyamment sous les yeux exorbités du couple. Il finira par s’essuyer la bouche avec sa manche avec un bruit de contentement.


Christophe : Je… Je vous ressers ?

Delphine : Je vous ressers ! Tu veux lui proposer un abreuvoir ?

Alphonse : Non, non. J’voudrions point abuser. Pis c’est qu’j’avions du travail, faudrions point qu’j’m’attarde…

Delphine : C’est ça.

Alphonse : C’est ça.


Alphonse ne bouge pas. Regards fixes entre Alphonse qui est content et Delphine qui voudrait le voir partir sans comprendre pourquoi il ne bouge pas.


Delphine : Alors merci d’être passé…

Alphonse : Ben j’vous en prie.


Alphonse ne bouge pas. Regards entre Delphine qui exhorte Christophe à faire quelque chose et Christophe qui ne sait pas quoi faire.


Alphonse : L’étions bien, eul’ tabouret, là…

Christophe : Oui, oui ! C’est parce qu’il est sur-équipé ! Avec trois pieds et un socle. Pour s’asseoir.

Alphonse : Ah ! Ben, oui, ben c’est pour ça…


Dans le dos d’Alphonse, Christophe et Delphine échangent de nouveaux regard et geste, dépassés par la situation.


3.


Marceline entre.



Comme ce n'est pas agréable de lire des kilomètres de pages sur internet, vous pouvez télécharger le début de la pièce en cliquant ICI ou me demander le texte avec le formulaire de contact (en précisant le titre de la pièce, est-ce utile de le notifier ?)